Lecture en format paysage seulement

Focus AECG

video-play-button

Le vendredi 23 février 2018, la Chambre de Commerce et d’Industrie Française au Canada a organisé un déjeuner-conférence exceptionnel à l’hôtel l’OMNI Mont-Royal à Montréal, autour des ambassadrices de France au Canada, Madame Kareen Rispal, et du Canada en France, Madame Isabelle Hudon.

A l’occasion de leur première rencontre publique officielle, les deux ambassadrices ont partagé leurs points de vue sur l’opportunité que représente l’accord économique et commercial global (AECG) pour renforcer la coopération et les échanges entre la France et le Canada. Ces échanges étaient animés par Simon Durivage, ancien journaliste et animateur de Radio-Canada.

« Je réalise l’énorme capital d’amitié et d’amour que le Canada a pour la France et l’inverse. C’est le meilleur socle, ce lien d’amitié, pour enrichir notre lien économique. »

— Son Excellence Madame l’Ambassadrice 
Isabelle Hudon

Le Président de la CCI Française au Canada, Monsieur William Hart a ouvert le déjeuner-conférence, en saluant les parcours exceptionnels des deux ambassadrices, premières femmes à la tête des représentations diplomatiques respectives de leur pays. Les deux ambassadrices ont réaffirmé le rôle essentiel des femmes dans l’économie. Elles ont également évoqué les actions volontaristes engagées par leurs gouvernements respectifs en faveur des femmes, plus particulièrement dans la sphère diplomatique.
Mme Rispal a été haute fonctionnaire à l’Égalité entre les femmes et les hommes au sein du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et siégeait à ce titre, jusqu’à sa prise de fonctions  à Ottawa, au Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.

« Mon ambition n’est pas d’être une femme ambassadrice, mais une excellente Ambassadrice ! »

— Son Excellence Madame l’Ambassadrice
Kareen Rispal

Mme Hudon est quant à elle co-fondatrice de L’effet A, une initiative qui vise à propulser l’engagement professionnel des femmes.

Concernant l’AECG, les deux ambassadrices ont rappelé à titre liminaire qu’il s’agissait d’un bon accord, mutuellement bénéfique pour le Canada, l’Union européenne et la France.

« C’est l’accord le plus moderne et ambitieux négocié à ce jour par l’UE ! »

— Son Excellence Madame l’Ambassadrice
Kareen Rispal

Elles ont également réaffirmé la volonté des gouvernements canadien et français de mettre pleinement en œuvre l’AECG, d’ores et déjà appliqué à titre provisoire depuis le 21 septembre 2017. A titre d’exemple, les ambassadrices ont rappelé que l’AECG intégrait ou se référait à de nombreuses normes internationales contraignantes pour l’ensemble des parties, aussi bien en matière de lutte contre les changements climatiques (accord de Paris de 2015 par exemple), qu’en matière de normes sociales (telles qu’établies par l’organisation internationale du travail OIT).

L’AECG « intègre les obligations internationales de l'Union Européenne et du Canada relatives aux droits des travailleurs et à la protection de l'environnement et du climat et confère un important rôle de surveillance à la société civile européenne et canadienne dans ces domaines. »

— Son Excellence Madame l’Ambassadrice
Kareen Rispal

C’est autour de ces thèmes notamment qu’un effort d’explication et de transparence doit être réalisé, compte tenu de la sensibilité de ces sujets pour la société civile. Cette mission de pédagogie est au cœur du mandat des deux ambassadrices.

Interrogée sur les craintes exprimées par le monde agricole, Mme Hudon a précisé que l’AECG n’allait en rien modifier les règles sanitaires en matière d’importation de denrées alimentaires au sein de l’Union européenne. Par exemple, la viande de bœufs canadiens élevés aux hormones ne sera pas éligible à l’exportation. Les biens qu’il n’était pas possible d’exporter vers l’Europe avant l’entrée en vigueur de l’accord, resteraient interdits d’exportation.

La question des mécanismes d’arbitrage en cas de litige a été ensuite abordée par Monsieur Durivage. Madame Hudon a insisté sur la confiance mutuelle, instaurée par la culture et l’Histoire commune de nos deux pays et plus généralement de l’Europe. Pour cette raison, elle n’a pas manqué d’affirmer que les contrôles nationaux seront conservés dans le cadre de cette bonne entente. 

Interrogée sur la place réservée aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) au sein de l’accord, Madame l’ambassadrice Kareen Rispal a assuré que cet accord a été conçu avant tout pour bénéficier aux PME : il offre de nombreuses d’opportunités à nos PME, ainsi qu’aux entreprises de taille intermédiaires (ETI), grâce par exemple à l’ouverture des marchés publics. 75% des entreprises françaises qui exportent au Canada sont des PME.

Le Canada et la France entretiennent des rapports commerciaux forts et anciens : le Canada est le trente-troisième client de la France, et la France le neuvième pour le Canada, ce qui représente environ dix milliards de dollars d’échanges commerciaux. Les Ambassadrices sont optimistes : l’AECG va être un tremplin et va permettre d’accroitre les échanges et partenariats entre les deux pays. 

Les ambassadrices ont conclu leur intervention en évoquant la question de la mobilité des personnes entre la France et le Canada. L’encouragement de cette mobilité est au cœur des missions des deux ambassadrices qui ont souligné la richesse de ces échanges humains, notamment dans les domaines universitaires et de la recherche.

Le déjeuner-conférence s’est clôturé avec le discours de Madame Alix d’Anglejan-Chatillon, avocate associée au Cabinet Stikeman Elliott. Mme Anglejan-Chatillon réaffirme la richesse de la relation franco-canadienne, progressiste et dynamique, et la volonté des deux pays de renforcer constamment ces liens économiques et diplomatiques. 

La CCI Française au Canada fut honorée d’organiser ce déjeuner-conférence et remercie encore chaleureusement les Ambassadrices, mais aussi les commanditaires et partenaires qui ont contribué à la réussite de cet événement d’exception.

La Chambre remercie enfin tous les convives et les participants à cette rencontre.

AECG :

Points de vue croisés des Ambassadrices : Son Excellence Madame Kareen Rispal et Son Excellence Madame Isabelle Hudon

video-play-button

AECG :

POINTS DE VUE CROISÉS DES AMBASSADRICES : SON EXCELLENCE MADAME KAREEN RISPAL ET SON EXCELLENCE MADAME ISABELLE HUDON

Le vendredi 23 février 2018, la Chambre de Commerce et d’Industrie Française au Canada a organisé un déjeuner-conférence exceptionnel à l’hôtel l’OMNI Mont-Royal à Montréal, autour des ambassadrices de France au Canada, Madame Kareen Rispal, et du Canada en France, Madame Isabelle Hudon.

A l’occasion de leur première rencontre publique officielle, les deux ambassadrices ont partagé leurs points de vue sur l’opportunité que représente l’accord économique et commercial global (AECG) pour renforcer la coopération et les échanges entre la France et le Canada. Ces échanges étaient animés par Simon Durivage, ancien journaliste et animateur de Radio-Canada.

« Je réalise l’énorme capital d’amitié et d’amour que le Canada a pour la France et l’inverse. C’est le meilleur socle, ce lien d’amitié, pour enrichir notre lien économique. »

— Son Excellence Madame l’Ambassadrice 
Isabelle Hudon

Le Président de la CCI Française au Canada, Monsieur William Hart a ouvert le déjeuner-conférence, en saluant les parcours exceptionnels des deux ambassadrices, premières femmes à la tête des représentations diplomatiques respectives de leur pays. Les deux ambassadrices ont réaffirmé le rôle essentiel des femmes dans l’économie. Elles ont également évoqué les actions volontaristes engagées par leurs gouvernements respectifs en faveur des femmes, plus particulièrement dans la sphère diplomatique.
Mme Rispal a été haute fonctionnaire à l’Égalité entre les femmes et les hommes au sein du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et siégeait à ce titre, jusqu’à sa prise de fonctions  à Ottawa, au Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.

« Mon ambition n’est pas d’être une femme ambassadrice, mais une excellente Ambassadrice ! »

— Son Excellence Madame l’Ambassadrice
Kareen Rispal

Mme Hudon est quant à elle co-fondatrice de L’effet A, une initiative qui vise à propulser l’engagement professionnel des femmes.

Concernant l’AECG, les deux ambassadrices ont rappelé à titre liminaire qu’il s’agissait d’un bon accord, mutuellement bénéfique pour le Canada, l’Union européenne et la France.

« C’est l’accord le plus moderne et ambitieux négocié à ce jour par l’UE ! »

— Son Excellence Madame l’Ambassadrice
Kareen Rispal

Elles ont également réaffirmé la volonté des gouvernements canadien et français de mettre pleinement en œuvre l’AECG, d’ores et déjà appliqué à titre provisoire depuis le 21 septembre 2017. A titre d’exemple, les ambassadrices ont rappelé que l’AECG intégrait ou se référait à de nombreuses normes internationales contraignantes pour l’ensemble des parties, aussi bien en matière de lutte contre les changements climatiques (accord de Paris de 2015 par exemple), qu’en matière de normes sociales (telles qu’établies par l’organisation internationale du travail OIT).

L’AECG « intègre les obligations internationales de l'Union Européenne et du Canada relatives aux droits des travailleurs et à la protection de l'environnement et du climat et confère un important rôle de surveillance à la société civile européenne et canadienne dans ces domaines. »

— Son Excellence Madame l’Ambassadrice
Kareen Rispal

C’est autour de ces thèmes notamment qu’un effort d’explication et de transparence doit être réalisé, compte tenu de la sensibilité de ces sujets pour la société civile. Cette mission de pédagogie est au cœur du mandat des deux ambassadrices.

Interrogée sur les craintes exprimées par le monde agricole, Mme Hudon a précisé que l’AECG n’allait en rien modifier les règles sanitaires en matière d’importation de denrées alimentaires au sein de l’Union européenne. Par exemple, la viande de bœufs canadiens élevés aux hormones ne sera pas éligible à l’exportation. Les biens qu’il n’était pas possible d’exporter vers l’Europe avant l’entrée en vigueur de l’accord, resteraient interdits d’exportation.

La question des mécanismes d’arbitrage en cas de litige a été ensuite abordée par Monsieur Durivage. Madame Hudon a insisté sur la confiance mutuelle, instaurée par la culture et l’Histoire commune de nos deux pays et plus généralement de l’Europe. Pour cette raison, elle n’a pas manqué d’affirmer que les contrôles nationaux seront conservés dans le cadre de cette bonne entente. 

Interrogée sur la place réservée aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) au sein de l’accord, Madame l’ambassadrice Kareen Rispal a assuré que cet accord a été conçu avant tout pour bénéficier aux PME : il offre de nombreuses d’opportunités à nos PME, ainsi qu’aux entreprises de taille intermédiaires (ETI), grâce par exemple à l’ouverture des marchés publics. 75% des entreprises françaises qui exportent au Canada sont des PME.

Le Canada et la France entretiennent des rapports commerciaux forts et anciens : le Canada est le trente-troisième client de la France, et la France le neuvième pour le Canada, ce qui représente environ dix milliards de dollars d’échanges commerciaux. Les Ambassadrices sont optimistes : l’AECG va être un tremplin et va permettre d’accroitre les échanges et partenariats entre les deux pays. 

Les ambassadrices ont conclu leur intervention en évoquant la question de la mobilité des personnes entre la France et le Canada. L’encouragement de cette mobilité est au cœur des missions des deux ambassadrices qui ont souligné la richesse de ces échanges humains, notamment dans les domaines universitaires et de la recherche.

Le déjeuner-conférence s’est clôturé avec le discours de Madame Alix d’Anglejan-Chatillon, avocate associée au Cabinet Stikeman Elliott. Mme Anglejan-Chatillon réaffirme la richesse de la relation franco-canadienne, progressiste et dynamique, et la volonté des deux pays de renforcer constamment ces liens économiques et diplomatiques. 

La CCI Française au Canada fut honorée d’organiser ce déjeuner-conférence et remercie encore chaleureusement les Ambassadrices, mais aussi les commanditaires et partenaires qui ont contribué à la réussite de cet événement d’exception.

La Chambre remercie enfin tous les convives et les participants à cette rencontre.

Lecture en format mobile sous peu