window.allowCookies = function(allow) { if (allow) { document.cookie = "h5_allow_cookies=true;expires=" + (new Date((new Date().getTime()) + (365 * 1000 * 60 * 60 * 24))) +";path=/"; for(var i in window._whenCookiesAllowed) window._whenCookiesAllowed[i].call(window); } else { document.cookie = "h5_allow_cookies=false;expires=" + (new Date((new Date().getTime()) + (365 * 1000 * 60 * 60 * 24))) +";path=/"; } } if (window._cookieWall && document.cookie.indexOf('h5_allow_cookies=true') < 0) { if (document.cookie.indexOf('h5_allow_cookies=false') < 0) window._cookieWall(); } else { allowCookies(true); }

L’intelligence Artificielle et le design de produit

L’intelligence artificielle et le design de produit

Louis-Philippe Pratte

Président, fondateur, Directeur du Design
Futureforms

Nous en prenons la mesure un peu plus chaque jour: l’intelligence artificielle sera à la source de changements importants et structuraux dans notre société. Elle se révèle être une technologie horizontale, n’épargnant aucun domaine ni aucune sphère d’activités. Le design de produit n’y fait pas exception, et bien que l’IA soit avant tout une « force software », il ne fait aucun doute que nombre d’applications seront incarnées par des objets réels, tangibles. 

Le design de produit est cette filière où l’on réfléchit à la matérialité des objets qui nous entourent, à leur utilité et à leur usage. L’IA forcera plusieurs remises en question, autant dans les outils de conception que dans la manière d’envisager le produit et ses fonctionnalités.

Si de nouveaux produits seront créés de toutes pièces, d’autres seront des évolutions de produits que nous connaissons déjà, mais qui intègreront de nouvelles caractéristiques, propre à l’IA. Si encore récemment le design de produit consistait à comprendre et à rassembler les critères permettant de répondre aux besoins du plus grand nombre, l’IA renverse cette approche en faisant exactement l’inverse.

En effet, l’IA propose que ce soit le produit qui s’adapte à chaque utilisateur. Un changement de paradigme énorme, qui aura inévitablement des conséquences importantes sur la pratique.

La vitesse à laquelle les choses changent est par ailleurs impressionnante. Les nouvelles technologies ayant atteint un niveau de performance et d’accessibilité inégalé, les idées les plus innovantes deviennent dorénavant envisageables (et ce n’est qu’un début car on prévoit que d’ici à 2025 le pouvoir de calcul sera multiplié par 1000).

Dans ce contexte, plusieurs questions — sur une variété de sujets — se posent quant à l’influence de l’IA sur le design de produit. Premièrement sur le plan esthétique, quelles seront les répercussions de celle-ci sur le produit? Par exemple, comment les algorithmes pourraient-ils influencer la matérialité de l’objet? Pourraient-il faire évoluer la forme du produit tout au long de sa vie utile?

Sur le plan éthique, quelles seront les implications pour le produit intégrant l’IA? Le produit IA a-t-il des valeurs qui lui sont propres? Si oui, quelles sont ces valeurs? Les produits autonomes devraient-ils avoir des qualités psychologiques particulières?

D’un point de vue production, nous savons que l’IA pourrait permettre d’envisager la fin de la standardisation. Dans cette optique, quels seront les impacts sur le processus de conception? Et sur les modèles d’affaires des entreprises? Est-ce que le produit deviendra avant tout un « récolteur de données »? Nous le savons, les normes éthiques que le produit devra respecter quant à l’usage de ces données est entrain de devenir un enjeu de société incontournable.

Et sur le plan écologique, quels seront les possibilités? De quelle manière les matériaux pourraient-ils bénéficier de l’IA? Le produit pourrait-il être autonome pour sa propre fin de vie? Ou est-ce que l’intelligence de chacun des exemplaires d’un même produit pourrait faire en sorte de permettre une meilleure performance de l’ensemble?

Nul besoin de spécifier que ces questions ne sont que la pointe de l’iceberg. Si d’un côté les possibilités fascinent, de l’autre elles inquiètent tout autant.

Le métier de designer semble être aujourd’hui devant de nouveaux territoires, au sein duquel il devra lui aussi prendre les reines, en s’investissant et en s’impliquant dans ces enjeux car il en sera un des acteurs. Il devra définir le rôle qu’il désire remplir et l’usage qu’il compte faire de l’IA. Il devra aussi s’interroger sur ses responsabilités, somme toutes nombreuses.

L’intelligence artificielle s’annonce comme un bouleversement majeur qui pourrait potentiellement modifier l’ensemble de notre environnement matériel, pour le meilleur ou pour le pire. Les choix qui seront fait modèleront cet avenir qui est le nôtre et le designer, on le souhaite, y jouera un rôle central.

PARTAGER

Lecture en format paysage seulement

Lecture en format mobile sous peu