window.allowCookies = function(allow) { if (allow) { document.cookie = "h5_allow_cookies=true;expires=" + (new Date((new Date().getTime()) + (365 * 1000 * 60 * 60 * 24))) +";path=/"; for(var i in window._whenCookiesAllowed) window._whenCookiesAllowed[i].call(window); } else { document.cookie = "h5_allow_cookies=false;expires=" + (new Date((new Date().getTime()) + (365 * 1000 * 60 * 60 * 24))) +";path=/"; } } if (window._cookieWall && document.cookie.indexOf('h5_allow_cookies=true') < 0) { if (document.cookie.indexOf('h5_allow_cookies=false') < 0) window._cookieWall(); } else { allowCookies(true); }

Air France s’engage

POUR TROUVER LES CONDITIONS DE DÉVELOPPEMENT DU BIOCARBURANT AÉRONAUTIQUE DURABLE

Sandra Combet

Chef de la stratégie sur les biocarburants

et les nouvelles énergies

Air France

Les enjeux du développement du transport aérien

Le transport aérien mondial représente aujourd’hui 2 à 3% des émissions mondiales de CO2 d’origine humaine. Si rien n’est fait, ce pourcentage risque d’augmenter compte tenu des prévisions d’augmentation du trafic. Ainsi,  le secteur aérien s'est fixé des objectifs ambitieux et s’est notamment engagé à stabiliser ses émissions de CO2 dès 2020. L’année 2016 a été marquée par l’adoption d’un mécanisme universel et contraignant de maîtrise des émissions de  CO2 (baptisé CORSIA) par l’OACI (Organisation de l’aviation civile Internationale). Ce mécanisme de marché permet de définir la trajectoire vers une croissance neutre en carbone à compter de 2020, respectant ainsi l’engagement pris par le secteur en 2009.

Il existe de nombreux leviers pour atteindre ces objectifs.  Air France a déjà engagé plusieurs actions dont la modernisation de sa flotte, l’optimisation de l’efficacité opérationnelle ainsi que la réduction du poids à bord des avions.  

A ce jour plus de 45 000 vols dans le monde ont déjà été opérés avec du biocarburant.

Le développement du biocarburant aéronautique

Toutefois, en ce qui concerne les réductions d’émissions à la source, les ruptures technologiques comme l’électrique ou le solaire ne sont pas envisageables à l’échelle commerciale avant la fin du siècle. Il est donc nécessaire de trouver des alternatives techniques.

Le biocarburant aéronautique durable a été identifié comme l’une des voies les plus prometteuses pour atteindre ces objectifs.  Il peut être produit à partir de diverses sources, telles que les matières végétales, les résidus forestiers, les huiles usagées, les sucres et demain peut-être, les algues.

Le carburant alternatif aéronautique a des propriétés physiques identiques à celles des carburants fossiles et peut donc être introduit (comme c’est le cas aujourd’hui à Los Angeles ou Oslo) dans les cuves de stockage des aéroports (hydrants) pour y être mélangé aux carburants fossiles et acheminé ensuite par pipeline sous les aéroports, directement dans les avions. Il a été démontré que l’utilisation des carburants alternatifs dans le transport aérien peut se faire en toute sécurité, fluidité et acceptabilité. La performance opérationnelle et environnementale des carburants alternatifs n’est donc plus à démontrer. Aucune modification des procédures opérationnelles n’est nécessaire. A ce jour plus de 45 000 vols dans le monde ont déjà été opérés avec du biocarburant.

Pour cela, des certifications techniques existent, garantissent leur usage et permettent leur commercialisation. En parallèle, des schémas de certification de durabilité  sont en cours d’étude au niveau de l’OACI. Ils doivent permettre de garantir leur utilisation pour l’aviation mondiale en respectant des critères de durabilité dès 2020.  Ces certifications de durabilité  promeuvent l’absence de compétition avec l’alimentaire et garantissent la réduction des émissions nettes de carbone sur l’ensemble du cycle de vie.  Elles peuvent également adresser la biodiversité et le soutien au développement socio-économique local, le travail des enfants, etc.

Réduire, à volume équivalent, l’émission de CO2 jusqu'à 80%

Air France face à de nouveaux défis

Air France a ainsi rapidement identifié l’importance stratégique de ces carburants alternatifs durables notamment si les autorités trouvent des mécanismes de soutien permettant d’assurer la parité du prix du kérosène fossile.

Ils permettent de réduire, à volume équivalent, les émissions de CO2 jusqu’à 80%. La compagnie Air France, en développant ces dernières années son programme Lab’line (2015-2016), a démontré la capacité opérationnelle de l’usage des biocarburants durables, la fluidité des opérations logistiques, ainsi que son acceptabilité par les passagers.

Avec SAFRAN grand partenaire industriel, une étude sur l’usage des moteurs (en termes de performance) a permis de confirmer l’absence d’effet observable lié à l’incorporation du biocarburant sur la consommation. Sur une durée de 18 mois et en coopération avec ses partenaires industriels et publics, Air France a ainsi porté des études techniques et sociétales qui lui ont valu le  « Trophées Energie Climat 06 » pour ce programme innovant de 78 vols.

Stimuler ce marché pour assurer sa viabilité économique

Les problématiques de demain pour le secteur aérien

Malgré ces démarches encourageantes, des obstacles importants existent encore. Les conditions nécessaires au développement de filières de biocarburant aéronautique durable sont aujourd’hui limitées par plusieurs facteurs, dont les conditions de viabilité économique et la mobilisation de biomasse durable. Il est donc important de stimuler ce marché pour s’assurer que les approvisionnements en carburants alternatifs durables augmentent de manière significative tout en assurant sa viabilité économique (celui-ci est à ce stade de 2 et 5 fois plus cher que le carburant fossile) dans ce secteur ultra concurrentiel que représente le transport aérien.

Aujourd’hui, la compagnie Air France souhaite aller encore plus loin en signant un engagement pour la Croissance Verte (ECV). Il s’agit d’un partenariat innovant public-privé avec les Ministères de la Transition écologique et solidaire des Transports et de l’Economie et des finances ainsi que quatre autres grands groupes industriels français Airbus, Safran, Suez et Total. Cette étude permettra d'analyser les gisements disponibles non encore exploités à ce jour (matières premières secondaires), d'examiner les filières technologiques associées, d'identifier les plateformes aéroportuaires cibles, et d'étudier les modèles étrangers (mécanismes réglementaires et fiscaux) ayant permis de faire émerger des filières de biocarburant aéronautique.

Ce « green deal » à la française confirme l’engagement d’Air France de s’investir encore davantage dans la transition écologique pour une croissance verte avec des solutions innovantes pour l’aviation. 

L’engagement d’Air France-KLM à réduire ses impacts environnementaux fait l’objet d’un reporting transparent dans le Rapport de Développement durable du Groupe.

Lire le rapport de développement durable 2016

PARTAGER

Air France et le biocarburant durable

Lecture en format paysage seulement