window.allowCookies = function(allow) { if (allow) { document.cookie = "h5_allow_cookies=true;expires=" + (new Date((new Date().getTime()) + (365 * 1000 * 60 * 60 * 24))) +";path=/"; for(var i in window._whenCookiesAllowed) window._whenCookiesAllowed[i].call(window); } else { document.cookie = "h5_allow_cookies=false;expires=" + (new Date((new Date().getTime()) + (365 * 1000 * 60 * 60 * 24))) +";path=/"; } } if (window._cookieWall && document.cookie.indexOf('h5_allow_cookies=true') < 0) { if (document.cookie.indexOf('h5_allow_cookies=false') < 0) window._cookieWall(); } else { allowCookies(true); }

Forum économique international des Amériques

La diplomatie économique

au cœur de La mission

du Forum économique international des Amériques

Nicholas Rémillard

Président et chef de la direction, Forum économique international des Amériques (FEIA)

Consul général honoraire d’Islande à Montréal

Biographie

Dans le contexte d’incertitude globale que nous traversons, la diplomatie économique s’impose comme un outil indispensable pour gérer au mieux les flux de capitaux, d’échanges commerciaux, d’informations et de personnes liés à la mondialisation, mais aussi les opportunités et risques qui en découlent. En réalité, plus les règles et institutions de l’économie internationale sont contestées, comme on le voit régulièrement avec la montée du protectionnisme, la remise en question des accords de libre-échange ou la critique des institutions financières internationales, plus la diplomatie informelle s’impose comme un recours privilégié pour renforcer la coopération internationale. Même si la diplomatie économique reste avant tout un outil des États, les entreprises multinationales en deviennent également des acteurs clé, d’où l’émergence également d’une diplomatie des affaires. Encore faut-il que les acteurs du privé disposent des moyens et ressources pour pratiquer cette diplomatie; c’est ce à quoi contribue depuis maintenant près de 25 ans le Forum économique international des Amériques.

Un lieu d’échanges et de dialogue sur l’économie mondiale

Fondé en 1995, le Forum économique international des Amériques (FEIA) a été un témoin privilégié de l’évolution de l’ordre économique international. Le Forum a été créé au moment où l’Organisation mondiale du commerce se mettait en place et où l’Accord de libre-échange nord-américain était signé, un âge d’or de la mondialisation économique aujourd’hui révolu. Alors qu’il fêtera l’année prochaine son quart de siècle lors de la 25e Conférence de Montréal et qu’il accueille désormais plus de 540 conférenciers et 9,700 participants répartis sur quatre événements annuels à Montréal, Toronto, Miami et Paris, son rôle de facilitateur des échanges entre milieu des affaires, acteurs gouvernementaux et organisations internationales reste plus que jamais d’actualité.

En effet, la diplomatie des affaires c’est la capacité pour un haut dirigeant d’entreprise d’établir et de maintenir des relations positives avec les représentants des gouvernements étrangers, des organisations internationales et avec les autres acteurs non-gouvernementaux, dans le but de préserver l’image de l’entreprise et ainsi pouvoir influencer ces partenaires et maximiser les opportunités d’affaires. Contribuer à établir des règles internationales de protection des droits de propriété intellectuelle, s’assurer de la viabilité environnementale et sociale d’un projet d’infrastructure à l’étranger, se positionner en amont d’appels d’offre de type partenariats public-privé sont autant d’enjeux de diplomatie qui sont essentiels à la croissance de ces entreprises. À travers la mission d’échange, de dialogue, et de réseautage qui est la sienne depuis 25 ans, le FEIA est au cœur de ce jeu diplomatique, comme en témoigne la popularité croissante de nos événements.

« Même si la diplomatie économique reste avant tout un outil des États, les entreprises multinationales en deviennent également des acteurs clé, d’où l’émergence également d’une diplomatie des affaires. »

Développer une expertise en diplomatie des affaires

Cependant, tout diplomate vous dira que ce qui compte dans la diplomatie ce n’est pas tant la forme et la nature du message que l’on délivre que la façon dont celui-ci est reçu, perçu et interprété. La diplomatie est vouée à échouer si l’on ne connait pas bien l’audience à laquelle on s’adresse et que l’on ne maîtrise les codes. Hors, aussi importantes et prospères soient-elles, les grandes multinationales ne possèdent généralement pas de services dédiés à la diplomatie économique dans leurs sièges sociaux et encore moins à l’étranger. Développer une expertise diplomatique dans le milieu des affaires – une connaissance des codes et est donc un défi de grande ampleur.

Prenant acte de ces besoins, le FEIA a décidé de s’associer avec HEC Montréal, Sciences Po Paris, l’Université de Californie à San Diego et l’Université nationale de Seoul pour créer cette année l’Institut international de diplomatie économique, une institution unique en son genre. L’objectif de l’Institut est de mener des activités de recherche qui identifieront les meilleurs pratiques en matière de diplomatie économique et d’offrir des programmes de formation aux étudiants et professionnels qui soient basés sur ces meilleurs pratiques. Grâce à cette nouvelle initiative, le Forum économique international des Amériques compte bien continuer à apporter sa pierre à la diplomatie économique internationale et se positionner comme un acteur majeur pour les années à venir.

PARTAGEZ CET ARTICLE

Lecture en format paysage seulement

Lecture en format mobile bientôt disponible