Publireportage

Publireportage  •  Les centres de gestion des déplacements

Les centres de gestion des déplacements

pour une mobilité durable et intelligente en entreprise !

Aline Berthe

Directrice Voyagez Futé et MOBA

Présidente de l’ACGDQ

Biographie

video-play-button

Le circuit maison-boulot est cauchemardesque pour beaucoup d’employés qui subissent les longs bouchons de circulation aux heures de pointe. Les six centres de gestion des déplacements (CGD) du Québec constitués en association (ACGDQ) sont mandatés par le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports (MTMDET) pour encourager les entreprises à favoriser le déplacement de leurs employés autrement qu’en voiture-solo. Les CGD épaulent n’importe quelle entreprise qui a une problématique de transport (accessibilité, stationnement…) ou un désir de passer à l’action en mobilité durable. Dans la région de Montréal, Voyagez Futé et MOBA, desservent respectivement la région est et la région ouest.

Hormis quelques précurseurs, les chefs d’entreprise ont rarement comme première motivation d’encourager le transport alternatif; ils sollicitent plutôt de l’aide. Par exemple, ils peinent à recruter des employés, car la congestion est trop dense, ils manquent de places de stationnement ou connaissent une difficulté de rétention de personnel à cause d’un manque d’accessibilité au transport en commun.

Plan de gestion des déplacements

Les CGD se positionnent comme des centres de référence spécialisés en déplacement pour les entreprises avec des liens et des ententes avec tous les partenaires en transport : Société de transport de Montréal (STM), Réseau de transport métropolitain (RTM), Ville de Montréal, les autres municipalités, BIXI, Communauto, etc. Au moyen d’un plan de gestion des déplacements, ils facilitent les liens entre les entreprises et ces partenaires en ciblant les besoins des uns, puis en livrant les données aux autres pour que s’opèrent des améliorations. Il peut s’agir d’horaires de transport en commun inadéquats ou d’absence de pistes cyclables. Car qui dit entreprises, dit générateur de déplacements, et un stationnement gratuit à perte de vue n’aide pas à résoudre le problème de congestion.

Tout employeur cherche à améliorer sa productivité, et l’une des façons intelligentes de le faire est d’appeler les CGD. D’une part, un employé qui se déplace en transport en commun fait au moins 30 minutes de marche et celui qui vient en vélo ou à la course multiplie sa dose d’exercice quotidien. Par conséquent, ils sont beaucoup moins stressés. Au centre-ville, une place de stationnement peut représenter 3 000 dollars par année. Ailleurs, la même place peut coûter annuellement entre 500 et 1 000 dollars. Les CGD proposent toutes sortes de facteurs de motivation qui sont souvent très avantageux pour les entreprises. Inciter ses employés à se déplacer en transport alternatif, ça ne coûte pas cher et ça peut rapporter gros. 

Les programmes OPUS pour les entreprises

Une des solutions pour l’entreprise est de financer le transport en commun (TC) de ses employés. Les entreprises qui participent financièrement à l’abonnement annuel au TC, via les programmes OPUS de la STM et du RTM, reçoivent une réduction fiscale pour l’impôt provincial pouvant aller jusqu’à 200 %. Les CGD sont mandatés par la STM et le RTM pour inciter les entreprises et les employés à s’inscrire à ces programmes, les accompagner et répondre à leurs questions. Contactez-les ! Jusqu’au 5 février 2018, un employeur qui adhère fait profiter ses employés d’une économie substantielle de 2 mois gratuits ou plus sur leur abonnement annuel, grâce à la campagne Mobilité Montréal et au MTMDET. À ce jour, près de 20 000 employés sont abonnés aux programmes OPUS. Pour les quelque 430 entreprises qui les emploient, il s’agit d’un net avantage sur leurs compétiteurs. 

Les gens sont réfractaires au changement, qui cause un stress momentané. Les CGD les accompagnent dans leurs changements d’habitudes en mettant en place dans l’entreprise des incitatifs pour essayer autre chose. Des solutions existent. Selon les profils, les CGD arrivent toujours avec un lot de propositions pour améliorer l’accessibilité et le transport durable. Bref, a-t-on le luxe de s’en passer?

PARTAGER

Publireportage

Lecture en format paysage seulement